Revenir à l'accueil
Aller à Morne Plaine

 

 

  1. Présentation
  2. Pré-requis et conseils techniques
  3. Redressement, mise à l'échelle et modification de la taille des images
  4. Remontage des zones
  5. Cas particuliers de redressement
  6. Correction des déformations de barillet et de coussinet

 

 

 

 

Numérisation des minutes A3

Cas particuliers de redressement.

La seule contrainte de cette technique consiste à devoir placer un carroyage ou à défaut tout ensemble de repères orthonormés sur la zone à photographier. Voyons maintenant certains cas particuliers.

Placement ponctuel de points hors maille

Il est fortement conseillé de définir une maille pour le système de repères dont la hauteur et largeur sera alors constante pour l'ensemble des prises de vue. Nous avons travaillé avec une maille d'un mètre par un mètre lorsque la configuration du terrain le permettait, adaptant largeur ou hauteur dans certains cas (ne pas oublier de tenir un listing des clichés dans ce cas où seront notés les dimensions de certains clichés hors maille).

Placement impossible de repères. Le cas du fond d'une tranchée de sondage.

Notre système de repérage nous interdit de par son coté linéaire de pouvoir parfois placer des points afin de capturer la totalité de certaines surfaces. Cela a été le cas d'une infographie à réaliser depuis le fond d'une tranchée mécanique. D'une part la largeur de la tranchée était hors de notre maille d'un mètre, mais son axe quelque peu incurvé interdisait d'envisager le placement d'une bande rectangulaire.

La solution idéale est alors de chercher à exploiter une bande linéaire d'une largeur optimale cherchant alors à couvrir la plus large bande possible. Cette dimension peut être variable en fonction de la largeur du godet, de l'inclinaison de l'axe éventuel pris par la pelle mécanique, etc. Tirez deux axes à l'aide de décamètres ou ficelles en vous assurant d'exploiter la zone maximum. Optez si possible pour une valeur décimale entière (1,20 mètre plutôt que 1,17). Placez ensuite vos points de repères par mètre le long de ces deux axes. Enfin effectuez la couverture photo de la zone.

Rien ne nous empêche maintenant d'exploiter des solutions plus traditionelles seules capables de recréer en totalité notre zone - ici un fond de tranchée -. On exploitera alors le système de calque de Photoshop et l'outil transformation manuelle (et l'option de torsion) afin d'adapter les zones permettant de parvenir à reconstituer la totalité de l'image de notre tranchée.

Quoiqu'il en soit pensez à limiter ces pratiques afin de ne pas augmenter inconsidérément le temps de travail sur l'image. Pour l'instant l'ensemble de la mise en œuvre de notre procédé s'avère extrèmement rentable (avec un peu d'habitude plusieurs centaines de clichés peuvent être redressés et assemblés par jour). Exploiter ce type d'assemblage consistant à tenter de raccorder des fragments d'images non redressables à d'autres demeure assez long (voire complexe pour qui ne maitrise pas Photoshop).

 


Copyright archeograph 2007. Tous droits réservés