Revenir à l'accueil
Aller à Morne Plaine

 

 

  1. Présentation
  2. Pré-requis et conseils techniques
  3. Redressement, mise à l'échelle et modification de la taille des images
  4. Remontage des zones
  5. Cas particuliers de redressement
  6. Correction des déformations de barillet et de coussinet

 

 

 

 

Numérisation des minutes A3

Pré-requis et conseils techniques.

Avant d'aborder la méthode pas à pas voici tous les points que vous devez garder à l'esprit si vous souhaitez exploiter ce procédé sur votre opération de fouille.

Pré-requis

  • Adobe Photoshop 6 ou supérieure (préférer la version 7 si possible)
  • Appareil photo numérique + potence (type strati-concept)
  • Pour le redressement des déformations de barillet, télécharger puis installer le plugin pour Photoshop "Panotools".

A noter que le filtre "Panotools" est payant pour les versions postérieure à l'OS9 de Mac.

Conseils techniques

A propos du procédé de redressement

L'essentiel du travail va consister à corriger les déformations de perspective sur chaque cliché. Cela est rendu possible sous Adobe Photoshop par une option de l'outil "recadrage" (version 6 et supérieure). Les images finales seront donc des zones recoupées d'une image plus grande. La contrainte est ici de devoir disposer de quatre repères situés en limite externe - et strictement externes - de la zone à exploiter. Toute information débordant le cadre de nos points repère doit être alors capturée depuis un autre cliché, faute de ne pouvoir être traitée.

A propos du système de repères

Il apparaît plus facile d'exploiter une maille rectangulaire puisque le capteur des appareils photo l'est également. La dimension de la surface au sol couverte dépends essentiellement du recul. Avec une potence classique (type strati-concept de 3,50 m.) la surface utile la plus simple à exploiter est de 2 x 1,50 m. N'oubliez pas qu'une zone débordante "perdue" est nécessaire puisque les clichés seront pris "à l'aveuglette".

Attention aux extrémités fouillées des zones à relever. Des clous situés plus haut sur le bord d' une emprise de fouille ou au contraire plus bas au fond d' un sondage ne peuvent être utilisés pour le redressement. Utilisez n' importe quel système positionnant le point repère à une altitude identique à celle des faits à photographier (fer à béton, tasseau, ou cordelettes tendue). Lorsque rien ne s'avère utilisable, dans le cas du fond d'une tranchée large d'un mètre quarante par exemple, et dont les bords ne sont pas suffisamment linéaires pour tirer deux axes équidistants d'un mètre quarante, exploitez alors deux longueur parallèles de la largeur maximale possible. Ces cas particuliers sont traités plus loin dans l'article.

Le bon vieux clou perçant une feuille de plastique blanc constitue un repère idéal. Partout où son utilisation s' avère impossible optez pour toute autre forme bien identifiable. Évitez les coups de bombes fluorescentes qui peuvent s'avérer invisibles si l'on passe les photos en noir et blanc et qui signalent une zone évasive. Il est fort probable que deux décamètres tendus puissent faire l' affaire également. Vérifier alors si les graduations mètre par mètre sont lisibles (au besoin adaptez deux décamètres en marquant à leur dos chaque mètre d' un coup de marker indélébile).

Enregistrement et couverture photographique

Oubliez certains réflexe de photographe. Nul n'est besoin d'enregistrer les clichés à l'unité pour effectuer leur suivi. Ce srait trop long et sans véritable objet puisque chaque photographie ne sera bientôt que petite partie d'une image plus vaste. Effectuez votre couverture photo par bandes linéaires et réservez l'enregistrement pour noter les différentes zone relevées ou les cas particuliers (seconde prise de vue, petit complément, dimensions exceptionellement différentes, etc.).

N'utilisez si possible qu'une seule orientation géographique lors de la prise de vue, afin de faciliter le remontage de zones puisque les images n'ont pas alors a être pivotées.

 


 

Copyright archeograph 2007. Tous droits réservés