Revenir à l'accueil
Aller à Morne Plaine

 

 

  1. Acquisition par scannérisation
  2. Acquisition par photo numérique
  3. Détourage des objets
  4. Passage au mode "point" et finalisation

 

 

 

Acquisition par photo numérique

Notre équipement actuel consiste en un appareil photographique numérique de marque Canon PowerShot G3. Celui-ci est fixé sur un pied "bricolé" maison. L'éclairage des objets est assuré via l'utilisation d'un simple projecteur halogène très classique.

 

L'appareil photo

Seul un appareil photo numérique permet de s'assurer rapidement que les vues sont exploitables en évitant les phases de numérisation. Il facilite les travaux de capture et peut en fonction des modèles être utilisé directement depuis l'ordinateur. A moins de disposer d'un véritable système d'éclairage j'avoue avoir été très agréablement surpris par le PowerShot G3 qui dispose non seulement de réglages programmables, d'une position macro depuis 5 cm, et de paramètre de gestion de la couleur permettant l'usage d'une lampe halogène classique comme système d'éclairage.

Pour les objets de petites dimensions soyez attentifs à la finesse du capteur. A quatre mégapixel en position macro et en approche de l'objet quasi maximale, j'atteinds un rapport dimension/résolution me permettant d'obtenir des images à 300% des dimensions originales à une résolution de 300 Dpi. C'est ici tout à fait suffisant. Qu'en est-il de capteurs de deux mégapixels ? (votre expérience bienvenue sur ce point).

Fixation de l'appareil

En mode macro il faut envisager la fixation de l'appareil sur un pied. Un statif (socle et crémaillère supportant l'appareil photo) est donc véritablement bienvenu. Il permet de positionner l'appareil dans un plan parallèle au support sur lequel seront placés les objets, permet de modifier la distance de l'appareil par rapport au plan de saisie de l'image.

Faute d'avoir pu m'en faire acheter, j'utilise actuellement un assemblage composite constitué d'un pied-support d'éclairage halogène de chantier (qui a l'avantage d'$être très bon marché) auquel a été fixé par l'intermédiaire d'une boule "vissable", un trépied d'appareil photo mis au rebut. S'il s'avère moins aisé de modifier les distances de l'appareil photo par rapport aux objets, ce bricolage fonctionne malgré tout très bien.

Fond bleu

Les opérations de détourage seront facilitées si on dispose d'une plaque de verre comme support et qu'on place un fond coloré dessous. Notre bricolage consiste actuellement en une vitre fine (de type sous-verre d'encadrement) posée sur le couvercle d'une boite ajourée. Une feuille plastique mate de couleur bleue (la couverture d'un classeur souple) placée sous l'ensemble va ainsi permettre la saisie d'un objet net sur un fond bleu flou. La couleur bleue ainsi photographiée apparaitra comme uniforme et absente d'ombre portée.

Mise à l'échelle

Contrairement à la numérisation par scanérisation qui permet de s'assurer de l'échelle 1/1 des objets, on doit ici contrôler les dimensions de l'objet réel puis après vérification des dimensions sur l'image (outil règle de Photoshop, distance affichée dans la palette option sous la mention "D" pour distance), ajouter une étape de mise à l'échelle sera nécessaire.

Si vous utilisez une mire de dimension constante placée à coté de l'objet (10 cms par ex.) Archeograph vous propose la petite application "Photonum" qui permet d'effectuer cette transformation aisément. Autrement il vous faudra effectuer une petite regle de 3 afin de connaître le ratio de mise à l'échelle.

 


 

Copyright archeograph 2007. Tous droits réservés