Revenir à l'accueil

 

 

  1. Introduction
  2. Les principes en action
  3. Création des styles
  4. Écriture des scripts
  5. Mise en application de la méthode
  6. Limiter votre zone de travail
  7. Actions complémentaires
  8. Finalisation des figures

 

 

 

Illustrator. Méthode de travail

Mise en application de la méthode

Nous allons maintenant tester la méthode décrite dans les étapes précédentes en important un modèle d'une minute de terrain. Vous pouvez utiliser un scan de minute de terrain, ou encore télécharger notre image au format ".zip" ou encore afficher dans votre navigateur cette image puis faites "Enregistrer sous" depuis celui-ci.

Importer une image sous Illustrator

Si ce n'est pas déjà fait, ouvrez Adobe Illustrator. Ouvrez un nouveau fichier en mode CMJN. Faites "Fichier/Importer" puis sélectionnez l'image que vous venez de télécharger ou votre scan. Cochez les cases "Importer comme modèle" et "Lien". Illustrator placera ainsi cette image sur un calque dédié portant le nom du fichier importé, et conservera en mémoire l'adresse du fichier importé.

 

Faut-il dessiner dans un ordre précis ?

En principe il n'y a pas ici d'ordre de réalisation des tracés. Dessinez malgré tout en traçant les objets apparemment placés "au-dessus". La manipulation des ancres des tracés sera plus aisée parce qu'elle présentera moins d'angles fermés.

Commencez par dessiner une pierre notée "1". Fermez l'objet normalement sans avoir recours aux scripts. Dessinez maintenant une des pierres notées "2" située sous la première. Commencez votre tracé en plaçant un point au-dessus de la pierre "1".

Continuez votre tracé afin de dessiner totalement la partie visible de l'objet.
Il n'est pas nécessaire de fermer le tracé (à la longue cela fait gagner beaucoup de temps).

Plutôt que de fermer ce tracé, appuyez maintenant sur la touche "F2". Le tracé se ferme automatiquement et cet objet passe sous le premier. La partie débordante chevauchant le premier tracé est maintenant caché sous cet objet.

Poursuite du travail

Dessinez d'autres objets. Les contraintes sont peu nombreuses voire inexistantes. Vous devez seulement appuyer sur la touche "F3" de votre clavier pour finir le dessin de l'objet en cours. Le dernier segment est réalisé automatiquement. Si vous avez à dessiner des objets qui n'ont aucune mitoyenneté, sachez qu'il n'arrive rien de dommageable si vous utilisez le script F3 ou non. Même si vous fermé vous même le tracé à la plume.

Découpage

Appuyez sur la touche "F8". Magique non ?

Il ne sert à rien de découper tout les objets via la touche "F8" à chaque fois. Personnellement j'active la découpe tous les 20 à 50 objets dessinés. Un message d'alerte peut apparaître alors signalant que des problèmes d'impression pourraient avoir lieu. C'est rien ne vous en faites pas, validez en cliquant sur la touche "Entrée". Il s'agit d'un des petits bugs sans conséquence d'Illustrator !

En savoir plus

Toutes les parties de tracé qui seront découpées doivent se trouver au final sous des éléments déjà dessinés. Sur du dessin strati vous pouvez ainsi avoir quelques points à réaliser afin de ne pas avoir de "trous" dans l'objet. Lorsqu'un tracé nouvellement créé doit venir sous un tracé très mince - c'est parfois les cas lors du dessin de certaines stratigraphies - plutôt que de vous soucier de faire de nombreux points voués à disparaître sous la couche mince, faites au contraire une fin géométrique débordante. Il suffira alors d'effacer cet objet superflu ensuite.

Les tracés lorsqu'ils s'empilent par le dessous respectent un ordre précis tant que l'action de découpe n'a pas été appliquée. Ne bidouillez pas avec l'ordre dessus/dessous des tracés tant qu'ils n'ont pas été découpés sous peine de générer des découpes invraisemblables. Avec un peu de pratique vous verrez qu'il n'y a plus à bidouiller.

L'utilisation des "repères commentés" peut s'avérer bien pratique lorsque l'on veut s'assurer parfois du parfait placement d'un point à l'applomb d'un tracé ou d'un autre point déjà tracé. L'activation ou désactivation des repères commentés s'obtient depuis le menu "Affichage" ou encore en faisant "Pomme + U" sur Mac et "Ctrl + U" sur PC. Je vous engage à éditer également vos préférences (Pomme/Ctrl K) sur ce point en ne laissant de cocher que la première option des repères commentés nommée "Astuces pour libellés".

La gestion des calques

Tout le travail a été élaboré jusqu'à maintenant depuis un seul calque. Certains objets n'ont pas toujours intérêt à participer au processus de découpe. C'est le cas des différentes inclusions ou objets présents dans ou sur les couches (fragments céramiques, galets, charbons, etc). Si ces objets sont strictement inclus dans une limite plus vaste ils pourront être alors créés sur un calque que l'on vérouillera afin que les objets ne viennent créer de nombreux tracés transparents dans les couches sous jacentes.

Si par contre des objets, même petits, participent à la définition d'une limite de couche, il pourra alors s'avérer souhaitable que ces objets soient inclus dans le processus de découpe. On pourra dès lors exploiter leur limite afin de définir des contours d'une épaisseur différente (pour souligner par exemple un contour grâce à l'usage d'un trait épais).

Partenariats


 

Copyright archeograph 2007. Tous droits réservés