Revenir à l'accueil

 

 

  1. Introduction
  2. Les principes en action
  3. Création des styles
  4. Écriture des scripts
  5. Mise en application de la méthode
  6. Limiter votre zone de travail
  7. Actions complémentaires
  8. Finalisation des figures

 

 

 

Illustrator. Méthode de travail

Introduction

Cette méthode est très simple d'emploi. Elle permet d'aboutir dans un premier temps à une parfaite disctinction de tout tracé dessiné. Chaque objet possède alors ses propres définitions de fond et de contour. Les finalisations graphiques sont ensuite apportées aux objets ou à certains contours particuliers sans affecter notre travail de fond afin de pouvoir s'il le faut intervenir ultérieurement sur les objets.

 

Des tracés parfaitement ditincts

historique de la méthode

Cette méthode a été élaborée à l'origine lors d'un travail de vectorisation de cartes napoléoniennes. Nous souhaitions parvenir à une vectorisation isolant chaque parcelle en tant qu'objet. Ainsi le fond cartographique constitué pouvait s'avérer une base documentaire dont la réalisation initiale permettait d'effectuer simplement des déclinaisons.

L'apparente difficulté de gestion des éléments vectoriels

Ce type de travail cartographique est la plupart du temps traité sous la forme de tracés vectoriels constitués de segments n'exploitant pas de définition de fond. On cherche avant tout à réaliser un aperçu au dépend de toute cohérence structurelle de l'information. La moindre retouche ou déclinaison est alors le fruit d'un travail supplémentaire consistant à redessiner en partie l'information présente.

Sous Illustrator, la difficulté de gestion des tracés vectoriels est toujours liée à des particuliarités propres à la gestion des éléments vectoriels de cette application :

  • A première vue il semble difficile d'obtenir des tracés mitoyens dont les limites externes soient rigoureusement identiques. Les manipulations habituelles consistent à exploiter le niveau de profondeur des objets afin de masquer des tracés sous d'autres afin de parvenir à l'aperçu recherché ou encore d'effectuer de fastidieux "copiés collés" afin de récupérer le bord d'un objet avant de l'exploiter pour un futur objet mitoyen.
  • Pour qu' un objet possède à la fois une définition de contour comme une définition de fond, le tracé ne doit en aucun cas être ouvert au delà d'un seul segment, faute de perdre toute cohérence dans sa définition de fond. L'habituelle solution réside bien souvent alors à dissocier contour et fond des objets afin de pouvoir intervenir isolément sur l'un ou l'autre.

Cette méthode permet d'obtenir d'une part des objets rigoureusement distincts des autres, et d'autre part propose une solution originale de finalisation graphique. En situation de production, les procédés utilisés sont aisément exploitables, et permettent leur utilisation pour toute illustration, quelque soit sa complexité.


Partenariats


 

Copyright archeograph 2007. Tous droits réservés